Championnat du monde de badminton: les dessous si spéciaux du volant

BADMINTON - Pour les Internationaux de France, les joueurs utilisent un volant de luxe...

article trouvé sur www.20minutes.fr, le 24.08.10

Trois, quatre échanges maximum et direction la boite en carton au pied de l’arbitre. Encore plus fragile qu’une balle de tennis, beaucoup moins endurant qu’une balle de tennis de table, le volant de badminton est un précieux projectile. Particulièrement le modèle utilisé lors des Internationaux de France 2010, l’équivalent des championnats du monde, qui se disputent en ce moment à Paris, Salle Coubertin. 16 plumes d’oie (ou de canard) et un bouchon de liège que vous ne trouverez jamais en magasin. Même les joueurs ne peuvent pas s’entraîner avec dans leurs clubs. Le modèle «Tournament» est la Rolls Royce du volant.

Au premier abord, il n’est pas bien différent du volant utilisé par M. tout-le-monde dans le jardin familial. Pourtant, il a fait l’objet d’une attention particulière: «Les plumes sont assemblées de façon artisanale en Asie. Celles d’oie sont de meilleure qualité que celles de canard et on ne les mélange jamais», explique-t-on chez Yonex, le partenaire principal du Tournoi. Des volants très fragiles. En un match, deux joueurs peuvent en utiliser jusqu’à 50.

Un investissement pour les clubs

Des petits bijoux qui valent souvent plus de 2 euros pièce. Du coup, le budget des clubs, qui utilisent des volants de qualité équivalente peut très vite s’envoler. Dans les trois centres nationaux de badminton français, 3000 boîtes de 12 volants sont vidées chaque année, selon Fabrice Vallet, entraîneur national. Un sacré budget.  

Si le poids est toujours le même (5 grammes), il existe cinq vitesses de volant afin de s’adapter aux conditions d’humidité et de température. Plus il fait chaud, plus le volant choisi doit être lent. «Les variations dans la journée posent parfois problème. Les joueurs et les arbitres peuvent alors décider de changer de volant», détaillé Fabrice Vallet. A l’entraînement, les joueurs cassent des plumes pour le rendre plus rapide. Jusqu’à faire exploser les compteurs. En compétition, le record du monde du volant le plus rapide est détenu par le Malaisien Tan Boon Heong avec 421 km/h…

E.B.
Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site